site en français site en allemand site en anglais
Copropriété

Pas de liberté de culte sur un balcon d’une copropriété


Attention,
Cet article date de plus de 4 ans.
Recherchez les mises à jour éventuelles.

Les époux X, propriétaires d’un appartement, ont fait assigner le syndicat des copropriétaires "Les Jardins de G" à Nice en annulation de la résolution de l’assemblée générale en vertu de laquelle le syndic de copropriété les avait assignés en référé afin que soit retirée la construction qu’ils avaient édifiée en végétaux sur leur balcon pour une semaine à l’occasion de la fête juive des cabanes. Attendu que les époux font grief à l’arrêt de la cour d’appel de les avoir déboutés, alors selon eux : 1/ que le règlement de copropriété ne peut imposer aucune restriction aux droits des copropriétaires en dehors de celles qui seraient justifiées par la destination de l’immeuble telle qu’elle est définie aux actes, par ses caractères ou sa situation ; qu’ils faisaient valoir que l’immeuble dans lequel ils étaient propriétaires d’un appartement étant à usage d’habitation, l’édification sur leur balcon, pendant une semaine, d’une cabane précaire et temporaire leur permettant de respecter les prescriptions de la religion juive, sans créer de nuisances ou de risques pour les autres copropriétaires, était conforme à la destination de l’immeuble ce dont il résultait que la résolution de l’assemblée générale des copropriétaires mandatant le syndic pour agir en justice afin d’obtenir l’enlèvement de cette cabane devait être annulée comme restreignant leur droit d’exercice d’un culte sans être justifiée par la destination de l’immeuble ; qu’en jugeant que l’assemblée générale des copropriétaires était en droit d’adopter la résolution litigieuse au seul motif qu’ils avaient méconnu le règlement de copropriété, sans rechercher en quoi la restriction ainsi imposée aux droits d’un copropriétaire était justifiée par la destination de l’immeuble, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de l’article 8, alinéa 2, de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965 ; 2/ que les clauses d’un règlement de copropriété ne peuvent avoir pour effet de priver un copropriétaire de la liberté d’exercice de son culte, en l’absence de toute nuisance pour les autres copropriétaires ; qu’en refusant à des copropriétaires le droit d’exercer leur culte par l’édification sur leur balcon, pendant une semaine, d’une cabane précaire et temporaire, au seul motif que cette construction serait contraire aux dispositions du règlement de copropriété, la cour d’appel a violé les articles 9 du Code civil et 9 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ; 3/ qu’ils avaient fait valoir que la résolution de l’assemblée générale des copropriétaires mandatant le syndic pour agir en justice afin d’obtenir l’enlèvement de la cabane édifiée temporairement pour l’exercice de leur culte avait été adoptée à partir d’un rappel tronqué du règlement de copropriété et dans le seul but de leur nuire ; qu’en s’abstenant de rechercher si l’adoption de cette résolution ne constituait pas un abus de droit, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de l’article 8 de la loi du 10 juillet 1965. Malgré cette argumentation étoffée et, il faut le reconnaître, très pertinente, la Cour de cassation rejette le pourvoi : Atendu, d’une part, que n’ayant pas soutenu devant les juges du fond que le règlement de copropriété ne pouvait imposer aucune restriction aux droits des copropriétaires en dehors de celles qui seraient justifiées par la destination de l’immeuble, le moyen est nouveau, mélangé de fait et de droit et attendu, d’autre part, qu’ayant retenu à bon droit que la liberté religieuse, pour fondamentale qu’elle soit, ne pouvait avoir pour effet de rendre licites les violations des dispositions d’un règlement de copropriété et relevé que la cabane faisait partie des ouvrages prohibés par ce règlement et portait atteinte à l’harmonie générale de l’immeuble puisqu’elle était visible de la rue, la cour d’appel, qui n’était pas tenue de procéder à une recherche que ses constatations rendaient inopérante, en a exactement déduit que l’assemblée générale était fondée à mandater son syndic pour agir en justice en vue de l’enlèvement de ces objets ou constructions. Dit la Cour de cassation. Référence : - Cour de cassation, 3e chambre civ., 8 juin 2006 (n° de pourvoi 05-14.774), rejet du pourvoi

Date de l'article: 28 juin 2006
photo aléatoire

  • Les annonces immobilières de l'office notarial de baillargues
  • Présentation de l'ONB
  • Actualités
  • A qui vous adresser?
  • Tarifs et interventions
  • consultation en ligne - Pay What You Want
  • offres d'emploi des notaires de baillargues, notaire hérault
  • ONB ovalie
  • Hommage à Dominique Grasset
  • Partenaires des notaires
  • Contact, plan d'acces
  • Liens
  • A propos du site
  • Plan du site
OFFICE NOTARIAL DE BAILLARGUES
340 rue des Écoles
Baillargues
34748 VENDARGUES CEDEX
Tel. (33) 04 67 87 66 15
Fax (33) 04 67 70 06 51